CULTURE

397 nouveaux diplômés à l’Université de la Fondation Dr. Aristide

397 nouveaux diplômés à l’Université de la Fondation Dr. Aristide

Coquets, souriants, la tête altière, ils remplissent peu à peu la cour de l’auditorium de l’Université de la Fondation Dr. Aristide. La fierté qui se lit sur leur visage dit hautement ce qu’ils nourrissent dans leurs cœurs. C’est un frère, une sœur un enfant, un neveu, une nièce ou un proche qui décroche son diplôme après un cycle d’études relativement long dans un contexte sociopolitique difficile. Il y donc lieu d’être heureux et de festoyer.

Un sentiment partagé par les récipiendaires parmi lesquels Maria Emmiliana Clara Jeudy, l’un des lauréats de la faculté de médecine, qui au terme de son cursus témoigne sa reconnaissance envers ses parents et dit être heureuse d’achever son parcours long et difficile. « C’est avec un sentiment de fierté que je reçois ce prix. C’était pas du tout facile, surtout dans le contexte actuel que nous vivons. Je remercie mes parents qui ont largement contribué à cette réussite », témoigne-t-elle.

Le même sentiment de satisfaction se manifeste aussi chez Larson Eder Achemé, lui aussi lauréat, mais pour la Faculté des sciences juridiques et politiques. Ses parents, résidant dans le sud du pays ne pouvaient assister à la cérémonie, insécurité oblige. « Je vis avec ma tante. Ma mère et mon père ne pouvaient venir à cause de l’instabilité du pays, mais je sais qu’ils sont là en esprit. C’est avec un sentiment de fierté et de satisfaction que je viens de couronner ces quatre années d’étude, je suis honoré d’être le lauréat de ma promotion », se réjouit-il.

Recevant leur diplôme, ces derniers ont emporté comme surplus, lors de cette cérémonie, les conseils salutaires du président de l’UNIFA et ancien président de la République, le Dr. Jean-Bertrand Aristide, leur président qui les exhorte à mettre leur conscience en œuvre pour lutter contre les mauvaises réactions de leur subconscient. « En général, notre cerveau se prépare à déclencher un mouvement avant qu’on prenne la décision de l’accomplir et ça se passe en moins de 300 millisecondes. Les décisions sont donc prises subconsciemment, mais la conscience peut exercer son droit de veto. Chers récipiendaires, face à la tentation de placer le dollar au-dessus de l’humain, violant ainsi le serment d’Hippocrate ou l’éthique professionnelle, que votre conscience exerce son droit de veto », recommande-t-il, lors de son discours de circonstance, en présence des membres du conseil de l’université et des professeurs.

Un discours qui est aussi imprégné d’engagement social et politique dénonçant entre autres le néocolonialisme, les crimes perpétrés dans les quartiers populaires, la dictature, l’insécurité, la corruption, arguant que le « bonheur d’Haïti dépend des héros et non des zéros. Les zéros adorent la dictature, les héros préfèrent la démocratie ».

L’homme fort de L’UNIFA a aussi fait savoir que les travaux de construction de l’hôpital de l’université, d’une superficie de 5 040 mètres carrés, sont à 90 pour cent accomplis. L’ancien Chef de l’État haïtien a annoncé son ouverture pour bientôt.

L’Université de la Fondation Dr. Aristide a honoré 12 lauréats. Six de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, deux de la Faculté des sciences infirmières, deux de l’École de physiothérapie et deux de la Faculté des sciences juridiques et politiques.

About Author

ecoutefmradio

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • https://stream.zeno.fm/nmf4396hn9duv
  • ECOUTE FM LIVE